Sous les gaz des grenades lacrymogènes et face à un déploiement policier exceptionnel, près de 400 manifestants sont venus exprimer face à Macron les revendications des salariés