Les travailleurs de Jasic Technology, une usine de Shenzhen en Chine, sont environ un millier. Ils fabriquent des machines et des robots. Ils se sont mis en grève. « À Jasic, les ouvriers voulaient leur syndicat à eux parce que le syndicat officiel était bidon » raconte Chang Qing, un militant ouvrier chinois, interviewé par la Tribune des travailleurs. « Les conditions de travail étaient très difficiles, les salaires médiocres et il régnait une sale ambiance de surveillance policière ».

Il raconte la situation de crise politique du pays, en particulier depuis « la guerre économique lancée par Trump ». Mais aussi les agressions policières contre les ouvriers et les militants qui ont suscité d’énormes protestations dans le pays. « Des ouvriers d’autres usines sont venus rejoindre leurs camarades de Jasic pour les soutenir. Il y a eu diverses pétitions massivement signées, mais leur point commun était : il faut laisser les salariés s’organiser comme ils le veulent ». (…) « Des jeunes qui se réclament du maoïsme sont passés à l’action, avec d’autres, exprimant le pluralisme dans le mouvement ouvrier. C’est nouveau. Beaucoup de militants pensent qu’il faut un front uni, même s’il existe des divergences. »


TT155 Chine banquetTT155 Chine journalLa Commission Enquête Chine organise à Paris son 21e banquet de solidarité le vendredi 19 octobre 2018 à 19 heures. Un militant ouvrier chinois, au cœur des combats des travailleurs relatés ci-dessus, sera présent. Pour toute inscription, s’adresser à : comenchine@wanadoo.fr



La Tribune des travailleurs – découverte

La Tribune des travailleurs vous propose un abonnement pour 7 euros et 5 numéros à titre promotionnel pour vous permettre de découvrir l’hebdomadaire sur plus d’un mois.

€7,00