NE TOUCHEZ PAS À NOS RETRAITES ! Maintien de tous les régimes !

 

Cheminots 95

 

l’été 2019, tous les textes de la réforme des retraites seront finalisés, a promis Emmanuel Macron lundi devant la Cour des comptes. Lorsque le gouvernement Philippe a été formé, on parlait plutôt du printemps 2018 pour l’élaboration d’une loi-cadre. Mais le chantier par sa complexité nécessite manifestement plus de temps. Il s’agit d’unifier les régimes de retraite, qui sont plus de 37 en France, au sein d’un nouveau système par points. Une petite révolution.

De facto, les régimes spéciaux des cheminots ou des gaziers-électriciens vont disparaître. Les fonctionnaires et les salariés du privé seront logés à la même enseigne. Alors que jusqu’à présent, on fixait un âge de la retraite, une durée de cotisation et on se référait pour fixer le niveau des pensions à un échantillon de salaires (25 ans dans le privé), il n’y aura bientôt plus qu’une règle pour tous : chaque euro cotisé rapportera les mêmes droits à retraite, quel que soit le travailleur

Si la volonté est de simplifier le système et de le rendre plus lisible, le chemin pour y parvenir n’est ni droit ni dégagé. Devra-t-on encore imposer un âge de la retraite ? Comment transformer les anciennes annuités en points ? Combien de temps durera la transition ? Comment piloter l’équilibre du système ? Comment compenser les avantages familiaux et autres bonifications offertes à diverses catégories professionnelles ?

. Les échos

Ce délai supplémentaire sert aussi la volonté de Jean-Paul Delevoye, le Haut-commissaire à la réforme des retraites, qui espère voir se « mettre en place des consultations citoyennes et des mobilisations parlementaires »a-t-il confié au mensuel Notre Temps la semaine dernière. Le but : intégrer la société civile aux débats pour éviter les manifestations. Avec, en mémoire, celles de 2010 : au total, 11 journées de mobilisation avaient été organisées. Avec, en point d’orgue, le 12 octobre où plus d’un million de personnes avaient défilé dans toute la France pour dire non à la fin de la retraite à 60 ans. Une réforme à l’époque menée sous la présidence de Nicolas Sarkozy, avec à la manœuvre Eric Woerth, alors ministre du Travail.

Marianne

A lire dans la tribune des travailleurs
« Je souhaite que la réforme des retraites soit conduite (…). Il doit s’agir avant tout d’un grand choc. » Macron parle crûment devant la Cour des comptes le 22 janvier. Il précise : « Ce grand chantier nous permettra de passer des 37 régimes de retraite actuels à un régime simplifié. » Le calendrier fixé commence par une « super-concertation impliquant syndicats, parlementaires et citoyens », selon Le Parisien. Les syndicats vont ainsi recevoir une liste de soixante questions. Le haut-commissaire à la « réforme », Jean-Paul Delevoye, se fait menaçant : « S’ils refusent de répondre, ils devront expliquer pourquoi. » Super-concertation ? Louis Milano analyse cette situation dans la rubrique « Problèmes du mouvement ouvrier » de la Tribune des travailleurs, une rubrique qui, en publiant des contributions de militants, vise à aider à établir les faits indispensables au libre débat. L’auteur conclut, entre autres : « Plus que jamais, les mots d’ordre qui fondent l’unité sont : « Maintien du Code des pensions civiles et militaires, maintien de la CNRACL (3). Maintien de tous les régimes particuliers et spéciaux. Ne touchez pas à nos retraites ! » »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s