Croissance ou récession, leur problème, c’est toujours le « coût du travail » ! Editorial de la Tribune des travailleurs du 3 janvier 2018 Editorial de Daniel Gluckstein –

Si l’on en croit Mme Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international (1), la « reprise » économique est là, « plus forte » même que les prévisions, et surtout « mieux partagée ».

Une bonne nouvelle pour les chômeurs, les travailleurs précaires, les jeunes, tous en quête d’un vrai travail et d’un vrai salaire ? Vous n’y êtes pas. Pour Lagarde, « cette reprise est propice soit à poursuivre les réformes structurelles lorsqu’elles ont été engagées, soit à décider de les mener ». Surtout en France, où elle salue la volonté de Macron de poursuivre « un train de réformes (…) dans la ligne de ce que le FMI recommande depuis plusieurs années ».

Hier, l’économie mondiale étant au plus bas, il était urgent pour le FMI d’engager « des réformes structurelles » pour la redresser, et donc de s’attaquer à la Sécu, aux retraites, aux services publics, au Code du travail. Aujourd’hui, l’économie va mieux, donc… il est urgent d’entreprendre les mêmes « réformes structurelles ».

C’est « pile, je gagne, face, tu perds ». Pour les capitalistes, croissance ou récession, le problème, c’est « le coût du travail », toujours trop élevé (2).

Oui, mais cette année, la croissance est « mieux partagée », prétend Lagarde. Vraiment ?

« Bourses mondiales : au-delà des espérances. L’année restera marquée par les records de certains indices », titre Le Monde. Dow Jones, Nasdaq et CAC 40 ont en effet gagné plus de 25 % en 2017. Selon Les Échos, les 100 plus grosses entreprises mondiales – Apple, Amazon, Bank of America, etc. – totalisent près de 17 500 milliards de dollars de capitaux en Bourse, un record !

Mieux partagée ?

En France, où les riches n’ont jamais été aussi riches, les 500 plus grosses fortunes ont bénéficié l’an passé d’une « hausse sans précédent » (3), allant jusqu’à 35 % pour les dix premiers et même 50 % pour le numéro 1, Bernard Arnault.

Et pendant ce temps…

Elle s’améliore, la situation des chômeurs, des précaires, des travailleurs à temps partiel imposé ? Ils vivent mieux, les travailleurs licenciés à tour de bras à cause des ordonnances et menacés de perdre leur Sécu par la suppression des cotisations sociales ? Et ces huit millions de retraités qui perdent plusieurs dizaines d’euros par mois dès ce 1er janvier, au titre de la CSG ?

Allons donc…

Macron sert le capital financier. Ses gesticulations arrogantes ne sont rendues possibles que par la division : l’obstination des uns, syndicalement, à participer à la « concertation » des contre-réformes avec le gouvernement ; l’acharnement des autres, politiquement, à respecter les institutions et le calendrier électoral jusqu’en 2022.

En combattant pour l’unité pour chasser Macron – aux côtés de militants de toutes tendances –, les adhérents du POID n’empruntent pas le plus facile des chemins. Mais un parti ouvrier peut-il se construire autrement que dans l’aide à la réalisation de l’unité ouvrière pour bloquer l’offensive destructrice du capital financier et de son gouvernement ?

(1) Le Journal du dimanche, 31 décembre 2017.
(2) On reviendra prochainement dans ces colonnes sur la réalité de la « reprise ».
(3) Challenges.

logo-tt-sans-adresse-paypal dès le jeudi dans votre boîte à lettres.
Pour vous abonnez sans attendre,
choisissez la formule qui vous convient
et cliquez sur le bouton de votre choix.
C’est tout !


Informations développées,
analyses détaillées,
prises de position politiques,
suivi de l’action politique dans
La Tribune des travailleurs

ABONNEZ-VOUS


Vous pouvez aussi vous abonner par correspondance.
Toutes les formules d’abonnements sont ici

Cliquez sur le formulaire ci-dessus, imprimer la feuille, remplissez le bordereau et postez-le avec votre chèque.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s